Appello per Ventimiglia- in francese

0

RENDEZ-VOUS À VENTIMILLE

LE 30 AVRIL PROCHAIN

Pour la solidarité, contre l’intolérance

Donner à manger à celui qui a faim est, depuis toujours, un geste fondamental de solidarité entre des égaux. Punir cette solidarité et empêcher l’exercice de donner à manger, met en péril le principe et la valeur même de l’humanité civile.

C’est pour cette raison que le fait d’avoir incriminé, le mois de mars dernier, des bénévoles français, dénoncés pour avoir commis le crime – selon l’article 650 du code pénal (“inobservance des mesures d’autorité”) d’avoir distribué de la nourriture aux migrants, allant à l’encontre de l’interdiction
prévue dans l’arrêté du 11 août 2016 du maire de Vintimille, nous indigne.

Et le contexte dans lequel cette affaire prend place nous inquiète et nous indigne d’autant plus : contexte selon lequel se multiplient les ordonnances, voire les interdictions analogues, qui trouvent leur légitimation ultime dans le décret n° 14/2017 (le décret dénommé Minniti), qui, en prétendant la suprématie “environnement urbain” à protéger, attribuent aux maires des pouvoirs énormes qui empiètent sur la liberté des citoyens les plus vulnérables. Tout cela pendant qu’à la frontière italo-française se multiplient les procès envers les citoyens qui soutiennent la liberté de circulation des migrants, en particulier ces jours-ci les procès de Francesca Peirotti à NICE et de Félix Croft à IMPERIA.

Tout cela n’est pas la voie indiquée par la part la meilleure de l’histoire
de l’humanité, et en particulier l’article 2 de la Constitution Républicaine
de l’Italie, qui, outre le fait de “reconnaître et garantir les droits
inviolables de l’homme”, demande explicitement à tous “d’accomplir les
devoirs indérogeables de solidarité économique et sociale”.

Pour défendre ces principes, nous nous retrouverons à Vintimille, depuis l’Italie et la France, chaque personne avec sa présence et sa solidarité avec ceux qui seront là, le 30 avril prochain. Nous irons à Vintimille pour nous opposer à la criminalisation de la solidarité, qui frappe ceux qui cherche à
combler les lacunes des institutions. Nous serons là pour faire révoquer l’ordonance municipale du 11 août 2016, exiger une inversion de la politique qui inspire les décrets de loi des derniers mois sur l’immigration et la sécurité, et pour contribuer à construire une mobilisation croissante et un réseau de soutien à l’accueil et à la solidarité.

19 aprile 2017

Livio Pepino (magistrato e saggista)
René Dahon (Association Roya citoyenne)
Marco Revelli (storico e politologo)
Cédric Herrou (attivista)

don Luigi Ciotti (Gruppo Abele e Libera)
Domenico Chionetti (Comunità San Benedetto al Porto)
Riccardo De Vito (Magistratura democratica)
Monica Di Sisto (Campagna Stop TTIP)
Anna Falcone (Comitato per la democrazia costituzionale)
Carlo Freccero (autore televisivo e scrittore)
Patrizio Gonnella (Coalizione italiana per le libertà civili e Antigone)
Mariarosaria Guglielmi (Magistratura democratica)
Roberto Lamacchia (Associazione Giuristi democratici)
Gad Lerner (giornalista e scrittore)
Luigi Manconi (sociologo, A buon diritto – Associazione per le libertà)
Susanna Marietti (Antigone)
Lidia Menapace (staffetta partigiana, femminista e saggista)
Tomaso Montanari (storico dell’arte, Libertà e giustizia)
don Fredo Olivero (Caritas Migranti)
Moni Ovadia (attore teatrale, drammaturgo e compositore)
Gianni Tognoni (Tribunale permanente dei popoli)
Massimo Torelli (attivista)
padre Alex Zanotelli (missionario comboniano)

Condividi: